Transplantation du pancréas. Au milieu on peut voir le pancréas transplanté (identifié par de petites lignes).

De jeunes patients, dépendants de l'insuline et souffrant de diabète sucré peuvent être affligées par un certain nombre de conditions qui, elles-mêmes, sont provoquées par un défaut de fonctionnement du métabolisme, tel que insuffisance rénale, cécité, dommages étendus au système nerveux et aux artères avec des conséquences graves pour l'approvisionnement de sang au coeur, au cerveau ou aux extrémités. Cette maladie est provoquée par la destruction des cellules productrices d'insuline dans le pancréas. Le glucose métabolisé par la prise de nourriture ne peut pas entrer dans les cellules du corps en absence d'insuline. Ceci causera un dysfonctionnement multiple des cellules.

Comme traitement pour le diabète sucré de type I, l'insuline doit donc être injectée à intervalles réguliers pour assurer les niveaux presque normal de glucose dans le sang. Si un niveau ne peuvent pas être maintenus, les dommages comme les conditions décrites ci-dessus et d'autres en seront le résultat. Les dommages à long terme sont probables. Ce cercle vicieux peut être arrêté et inversé par une greffe combinée de pancréas et de rein, ce qui éliminera l'insuffisance rénale et rétablira un métabolisme normal de glucose. Une greffe du pancréas uniquement (sans rein) peut être salutaire dans des circonstances exceptionnelles.



Effets secondaires
Comme avec toutes autres greffes d'organe, les patients devront prendre des médicaments pour toute leur vie, pour supprimer la réjection de l'organe transplanté par le système immunitaire. Ces médicaments sont essentiel afin que les organes transplantés continuent à fonctionner et doivent être pris à intervalles (de temps) précis. Le dosage nécessaire doit être déterminé en évaluant les valeurs dans le sang du patient. Un des effets secondaires du procédé est une vulnérabilité accrue aux infections bactériennes, virales et fongiques. Les maladies graves telles que le lymphome (cancer des cellules immunitaires) peuvent également être favorisés par une prise à long terme de médicaments supprimant le système immunitaire.


Chances accrues de survie
En dépit de ces effets secondaires, à long terme, une greffe du pancréas et des reins reste un succès notoire, avec plus de 80% des organes encore opérationnels après 5 ans.

Pour les jeunes diabétiques ce sont de bonnes nouvelles: leurs chances de survie sont meilleures et la qualité de vie s'améliore nettement car les injections quoti- diennes et les dialyses fréquentes ne sont plus nécessaires.

Il n'y a aucun besoin de transplanter les patients qui ne souffrent pas des conditions du diabète et peuvent conserver leur taux de sucre dans le sang à un niveau normal.