Le pancréas est une glande jaunâtre, d'environ 15 centimètres long , de 5 centi- mètres de large et de 2 ou 3 centimètres de diamètre. Il est composé en général de trois parties : la tête, le corps et la queue.

La tête du pancréas est étroitement reliée à la première partie du petit intestin, connue sous le nom de duodénum.
La queue se prolonge vers la gauche en direction de la rate. Le corps du pancréas est situé en avant de la jonction d'un certain nombre de vaisseaux sanguins importants sortant de l'aorte. Ils fournissent le sang au foie, à l'estomac, à la partie supérieure de l'intestin ainsi qu'au au pancréas lui-même.

L'emplacement du pancréas






En détail :




Que fait le pancréas ?

Le pancréas a deux fonctions principales :
1. Il est indispensable à la fonction du système digestif (sécrétion exocrine).
2. Il gère les taux du sucre dans le sang (sécrétion endocrine).


Le pancréas et la digestion

Le pancréas fabrique des enzymes importantes. De 1.5 à 3 litres d'une sécrétion saturée en enzymes sont produits quotidiennement. Il produit quotidiennement 60 g de protéine ce qui représente une énorme production. Ce sont des cellules spécialisées situées dans toute la glande qui produisent cette sécrétion.

Au début, les sécrétions sont produites et pompées dans un vaste système de conduits d'où elles sont ensuite amenées dans le canal principal (connu sous le nom de ductus pancreaticus). Le mélange de sécrétions biliaires (produite dans le foie) avec les sécrétions pancréatiques, s'effectuent dans le duodénum, à un point, appelé papille de Vater.

A ce moment-là, les enzymes pancréatiques sont activées et reçoivent leur pleine fonction digestive.
La nourriture qui a passé par l'estomac peut maintenant être digérée. Le pancréas produit plus de 20 enzymes digestives différentes. Elles décomposent la nourriture en petits éléments. Bien que les enzymes soient produites dans le pancréas, elles deviennent seulement fonctionnelles dans le duodénum. Par conséquent, elles ne digéreront pas le pancréas lui-même.
Les trois enzymes les plus importantes produites dans le pancréas sont :

• amylase : digère les hydrates de carbone
• trypsine : digère les protéines
• lipase : digère les graisses

La décomposition de la nourriture en composants (éléments divers) est nécessaire, pour permettre au corps d'absorber ces derniers par les intestins. En l'absence d'enzymes pancréatiques les sucres, les protéines et les graisses ne seront pas décomposés correctement et les intestins ne pourront pas absorber les aliments dans la circulation sanguine, causant ainsi des diarrhées, de l'aéropahgie et des crampes abdominales.
La perte de poids, les insuffisances en vitamines et le dysfonctionnement persistant d'autres organes se produiront également, car les aliments ne peuvent pas être absorbés et le corps manque donc de l'énergie nécessaire.



Le pancréas et le règlement du sucre dans le sang

Hormis les enzymes digestives, le pancréas produit également une hormone importante, connue sous le nom d'insuline. L'insuline est fabriquée par un groupes spécial de cellules, connus sous le nom d'îlots de Langerhans, qui se trouvent partout dans le pancréas. Ils composent seulement 2,5 g de tout le poids du pancréas (80 - 100 g).

Il y a environ 1,5 millions de ces cellules. L'insuline est sécrétée par ces cellules et est déversée directement dans la circulation sanguine. Elle est cruciale pour la gestion du taux de sucre dans le sang. Le glucose est la plus importante de toutes les molécules de sucre. Toutes les cellules dépendent du glucose pour maintenir leurs fonctions. Après être entré dans la circulation sanguine par les intestins, le sucre passé dans le sang pénètre dans les différentes cellules avec l'aide de l'insuline.

Le sucre du sang ne peut pas entrer dans les cellules s'il n'y a pas assez d'insuline (ou aucune) dans la circulation sanguine. En cas de manque d'insuline, le taux du sucre dans le sang monte constamment, menant à des conséquences désagréables ou même représentant un danger pour la vie.

Les diabétiques souffrent de degrés variables d'insuffisance en insuline. Une autre hormone importante produite par le pancréas est connue sous le nom de glucagon. Cette hormone est également fabriquée par des cellules voisines de celles qui produisent l'insuline. Le glucagon contrecarre l'insuline dans le corps. Quand la vie des cellules est menacée par un manque de sucre dans le sang, le glucagon libère le sucre résiduel se trouvant ailleurs dans le corps en particulier le foie.

En l'absence du pancréas (par exemple après chirurgie), le glucagon ne peut plus être produit. Ce facteur doit être considéré lorsqu'on s'occupe de patients souffrant du pancréas. La production d'enzymes et d'insuline pancréatiques sont générale- ment des processus séparés. Si des dommages sont causés au pancréas, les deux fonctions peuvent être perturbées indépendamment.



Les malformations pancréatiques

Pendant le développement embryonnaire le pancréas nait de deux parts séparées, qui se rapprochent pendant que l'embryon se développe.


Pendant ce processus, les deux parties de la glande comprenant des conduits séparés créent un seul organe d'une forme simple. La partie, qui à l'origine était située dans la partie la plus ventrale, se déplace vers le dos.


Les perturbations pendant le développement embryonnaire du pancréas peuvent mener à deux malformations importantes c.-à-d. pancréas annulaire et pancréas divisum.


1. Le pancréas annulaire

Lors du déplacement de la partie ventrale du pancréas pendant le développement embryonnaire, certaines parties du duodénum peuvent être entourées de tissu pancréatique menant de ce fait à un rétrécissement (sténose) du duodénum.

Les premiers symptômes surgissent habituellement pendant l'enfance ou chez certains jeunes adultes. La présence de douleur dans l'abdomen ou le vomissement fréquent en sont des caractéristiques.
Parfois, les patients peuvent développer une jaunisse (ictère). Dans certains cas, une inflammation aiguë ou chronique du pancréas se développe en raison de la sténose du conduit pancréatique.


2. Le pancréas divisum

Pendant un développement normal, les deux systèmes ductaux séparés du pancréas se joignent pour former un conduit commun. En cas de pancréas divisum, ces systèmes de deux conduits ne se joignent pas malgré le développement d'un seul organe. En conséquence, il y a deux conduits pancréatiques séparés qui s'écoulent dans le duodénum.

Plus tard, le conduit pancréatique de la partie dorsale, qui est la plus grande, s'écoule par un conduit appelé Ductus Santorini par l'intermédiaire d'une petite ouverture qui se nomme la petite papille (mineure).
Le conduit pancréatique ventral, lui, vide le jus pancréatique par l'intermédiaire du conduit appelé Ductus Wirsungianus à travers l'ouverture principale appelée la papille majeure. A cet endroit, il y a également l'ouverture du conduit biliaire (Ductus Choledochus ).
Cette variation anatomique se produit entre 3 et 10% de la population en général.


Dans la plupart des cas cette variation ne cause aucun symptôme. Cependant, si la papille mineure est trop étroite, il y a un drainage insatisfaisant du jus pancréatique dans le duodénum menant à l'inflammation aiguë ou chronique du pancréas.

La première ligne de traitement de cette condition consiste à élargir l'ouverture de ce conduit pancréatique. Elle peut être réalisée endoscopiquement en pratiquant une petite incision dans la papille mineure, parfois aussi avec l'introduction d'un petit tube (stent). Alors que quelques patients tirent bénéfice de ce traitement, les symptômes rechutent chez la plupart des patients. De nos jours, le traitement de choix est une opération pendant laquelle l'écoulement des canaux pancréatique est assuré chirurgicalement sans enlever une partie du pancréas. La plupart des patients subissant cette opération éprouvent un soulagement des symptômes à long terme.